Comment…

…passer la frontière Thaïlande / Cambodge à Poipet sans (trop) se faire arnaquer…

1/ La bonne compagnie de bus tu choisiras.
De nombreuses agences à Bangkok proposent des allers ou A/R vers Siem Reap en mini-van « privés ». C’est le premier piège à éviter. Ces packages sont beaucoup plus chers et nécessitent la plupart du temps un changement de véhicule à la frontière et vous avez une chance sur deux de tomber sur un « mini » mini-van où il n’est pas impossible de se retrouver 12 dans un van prévu pour 8 personnes (ne l’oubliez pas, en Asie RIEN n’est impossible).

Selon nous, la meilleure solution reste le bus gouvernemental qui assure la liaison Bangkok / Siem Reap 1 fois par jour. Les billets s’achètent directement à la gare des bus: Bangkok Bus Terminal Chatuchak (plus connu sous le nom de Mo Chit 2) pour éviter toute commission et coûtent 750 THB/pers. C’est un seul et même bus qui vous conduit jusqu’à Siem Reap et pour ce prix là on vous offre même le tuk-tuk à votre arrivée à Siem Reap pour vous conduire jusqu’à votre hôtel et un repas à bord.

2/ L’intermédiaire pour le visa tu ignoreras
Une dizaine de minutes avant la frontière, le bus s’arrête pour le déjeuner. On vous sert un pseudo plat micro-ondé du 7/11, c’est pas fou, mais c’est gratos. C’est à ce moment qu’un gus monte dans le bus pour vous expliquer qu’il va faire les visas pour vous pour gagner du temps, etc…
Malgré les pressions et tout ce qu’il peut raconter, ne cédez pas. Le prix qu’il demande est en effet plus élevé que le prix officiel. Refusez sa proposition en expliquant gentiment que vous le ferez directement à la frontière ou sinon, feignez d’avoir déjà le visa d’entrée au Cambodge.

3/ Dans la jungle de la zone frontalière tu t’orienteras
Une fois le bus arrivé à la frontière, tout le monde descend (sauf les bagages qui restent en soute, pas besoin de les trimbaler).
Là, la première étape est le tampon de sortie de la Thaïlande, pas de soucis. C’est alors seulement que vous entrez dans la zone transfrontalière avec ses casinos et ses marchands tirant d’énormes chariots en bois. Bref, là il suffit de lever la tête et de suivre le panneau qui indique le bureau pour les demandes de visa « on arrival ». (cf. photo)
C’est sur le côté droit de la route (quand on est face au Cambodge). Dans le bureau, les prix des visas selon les nationalités sont clairement affichés au murs (en US$), il faut aussi leur fournir 2 photos d’identité. Pour info, en Février 2015, le visa pour un ressortissant français coûtait 30$.
Ensuite reste la petite commission (ou les frais de dossier) (ou l’arnaque qu’on n’a pas su éviter…), en effet l’agent officiel réclame en plus 200 THB par visa. Bon, on n’a jamais su pourquoi et puis on n’a pas trop essayer de s’opposer. On a toutefois lu sur certains forums qu’en s’énervant un peu, ils finissent par abandonner…

Une fois le visa en poche, il n’y a plus qu’à se diriger vers le poste frontière pour obtenir votre tampon d’entrée! Welcome in Cambodgia ;)
 
 

Laisser un commentaire

*
*