Rapide passage par Santiago

A vrai dire, Santiago est plutôt l’une de nos destinations « aéroport », c’est-à-dire une ville par laquelle on passe car on y prend un vol et que l’on se sent donc un peu obligés de visiter un minima. Mais là, disons que ça ne nous a pas vraiment transcendés.

Le problème de la ville est qu’elle est au pied de la barrière andine (que l’on aperçoit en prenant un peu de hauteur, cf. photos) et que cette barrière naturelle empêche la ville de « respirer ». Il y a donc d’énormes problèmes de pollution qui se ressentent vraiment lorsque l’on s’y promène.

Toutefois, les quelques jours que nous y avons passés en compagnie de nos compères tourdumondistes Clémentine et Fabien, rencontrés à Paris lors de nos réunions de préparation voyage à l’association ABM, ont été l’occasion d’en apprendre un peu plus sur l’histoire politique du pays. Au cours d’un free walking tour de la ville de plus de 3 heures, nous avons notamment découvert le Palais de la Moneda, où s’est retranché le président Salvador Allende lors du coup d’état de Pinochet en Septembre 1973. Lors d’un message radiophonique, le président Allende a tenu son dernier discours en affirmant qu’il ne démissionnerait pas et lorsque les troupes ont envahi le palais présidentiel, il était trop tard, le président s’était déjà donné la mort.
Nous avons également déambulé dans le quartier des affaires au milieu des businessmen… et des cireurs de chaussures, où les grands buildings modernes se mélangent aux bâtiments historiques de style colonial.
 
 


 
Le dernier jour, une visite du marché aux poissons (Fish Market) nous a ouvert l’appétit et nous en avons profité pour manger dans l’une des nombreuses petites gargotes populaires qui entourent le marché (fraîcheur garantie!). Nous avons ainsi pu goûter à la Pastel de Jaiba, plat typique chilien correspondant à une sorte de ragout de crabe cuit dans un pot de terre et gratiné au fromage, pas très appétissant d’extérieur mais un vrai délice à la dégustation…
 
 

Laisser un commentaire

*
*